Tout savoir sur le jeûne

Mis à jour : mai 31


Le jeûne est naturellement pratiqué par les animaux, car trouver de la nourriture en milieu naturel n’est pas toujours aisé, selon les conditions et saisons. Ces périodes de disette, si elles ne sont pas trop prolongées permettent ainsi à l’organisme de se régénérer, à travers différents processus. Les animaux jeûnent également de manière instinctive, en cas de maladie ou de blessure.


Les êtres humains, eux aussi, le pratiquent depuis toujours. Tout d'abord, comme les animaux, par la soumission aux éléments extérieurs, conditionnant l’abondance ou le manque de nourriture, mais aussi en cas de maladie ou de blessure. Dans ce cas précis, la sensation de faim diminue alors fortement et de manière automatique. Ainsi, beaucoup de personnes s’abstiennent naturellement de manger, car elles n’en ressentent pas le besoin.


Par l'intermédiaire de la culture, le jeûne s’est instauré comme règle de vie et d’hygiène. Ainsi, de très nombreuses religions (Christianisme, Islam, Judaïsme, Bouddhisme, Hindouisme) et pratiques spirituelles d'autres cultures (culture des peuples autochtones d'Amérique) le préconisent.


Dans la Grèce antique, Hippocrate le père de la médecine moderne, le prescrivait à ses patients. Socrate et Platon jeûnaient plusieurs jours, afin d’aiguiser leur raisonnement philosophique.


Le docteur Isaac Jenning fut l’un des premiers médecins américains à préconiser le jeûne au début du 19ème siècle. Cependant, les premières études scientifiques sur la pratique ne sont menées qu’à la fin du 19ème siècle. Au 20ème siècle, Herbert M. Shelton, un américain, un des fondateurs de la naturopathie, fera jeûner un grand nombre de ses patients. Il étudiera alors son impact sur la santé. En France Albert Mosséri, hygiéniste, l’étudie et approfondit la recherche avec succès.


Qu’est ce que le jeûne?

Le jeûne dans sa définition la plus large est donc une restriction calorique, plus ou moins importante, et / ou le retrait d’un type d’aliment riche (sucre, gras, viande), pendant une durée donnée.


L'état de jeûne oblige le corps à puiser dans ses réserves, pour se fournir en énergie.


Il a un puissant effet anti-inflammatoire et permet à l’organisme d’évacuer les «déchets», toxines, toxiques et déchets cellulaires accumulés qui l’encombrent. Il permet aussi de renforcer les cellules saines, tout en évacuant les cellules défectueuses.


La digestion demande au corps une grande mobilisation. Il s'agit d'un travail quasi permanent, mené par le système digestif. Il est trop souvent surmené par une alimentation moderne très diverse, trop riche en produits animaux, graisses et sucres, et aussi apportée en quantité trop importante.


L’alimentation moderne est en effet peut adaptée aux besoins du corps, car elle est très souvent pauvre en fruits et légumes, et riche en aliments transformés et raffinés.


Les produits animaux sont aussi consommés en abondance. Ce type de régime alimentaire est la source d'une inflammation chronique, appelée "inflammation de bas grade". 80 % de la population des pays européens ne mange pas suffisamment de fruits, légumes, oléagineux et céréales complètes, pour maintenir un bon état de santé à long terme.


Il existe différents types de jeûne:



  • le régime hypotoxique, avec un apport calorique réduit, pendant quelques semaines;

  • la suppression de toute alimentation, pour boire uniquement de l’eau pendant plusieurs jours lors d'un jeûne hydrique, vont permettre à l’organisme d’avoir un temps de repos salutaire.



Plus l’allègement de l’alimentation et la restriction calorique sont importants, plus le corps doit puiser dans ses réserves, pour se nourrir. Le corps, pendant la diète, n'a plus à digérer les aliments. Il n'a plus besoin d'assimiler les aliments et de se détoxifier.


L’énergie consacrée à la digestion va alors pouvoir être redirigée, afin de nettoyer l’organisme. Plus la restriction calorique est importante, plus ce nettoyage se fait en profondeur, dans toutes les cellules du corps.


Le jeûne, mené sans excès et selon l’état de santé de la personne, contribue au maintient d’une bonne santé, au même titre qu’une alimentation équilibrée, accompagnée d’exercice physique.



Comment fonctionne-t-il?


Le jeûne complet, appelé aussi hydrique ou thérapeutique, se fait avec une restriction calorique totale. Plusieurs étapes sont nécessaires, afin d'arriver à une restriction calorique totale. Aucun aliment ne doit être consommé (pas de jus dilué, ni de bouillon). Il est uniquement possible de boire de l'eau.


Les durées, présentées ci-dessous, peuvent varier, en fonction du métabolisme de la personne concernée.


Les 36 premières heures


Il faut 36 heures pour épuiser les réserves de glucose, stocké sous forme de glycogène dans le foie et les muscles. Cette réserve de glycogène est utilisée, durant les 36 premières heures, une fois que les derniers aliments ont été digérés. Cela va permettre au corps de maintenir un taux de glucose sanguin constant, et au corps de fonctionner normalement. Une sensation de faim ou de fatigue, peut être ressentie pendant ces 36 premières heures.


De 36h à 48h


Privé de glucose, et en état de cétose, l’organisme va alors commencer à puiser son énergie dans les graisses. Le corps change complètement de mode de fonctionnement, à ce moment-là.


Ce changement métabolique peut provoquer chez certaines personnes une crise appelée acidose, qui se manifeste par des maux de tête, des nausées, une grande fatigue et parfois des vomissements et éruptions cutanées. Ces troubles apparaissent en général, 36h à 48h après le début du jeûne, puis disparaissent.


En état de cétose, l’organisme puise son énergie dans les réserves de graisses. Le corps n'est plus alimenté par du glucose, mais par les corps cétoniques qui sont fabriqués par le foie, à partir de la graisse présente dans l'organisme.


En cas de baisse suffisante de l’apport calorique, dans le cadre de n’importe quel type de jeûne ou «régime», la cétose intervient pour «nourrir» les fonctions du corps.


A partir du 5ème jour


Le corps cesse complètement de s’alimenter dans les muscles, pour se concentrer uniquement sur les graisses. Il s'agit d'un mécanisme de survie, qui permet de protéger tout le système musculaire, y compris le cœur.


A partir du 6ème jour


La crise d’acidose est passée, le corps s’est habitué à ce nouveau fonctionnement. Le corps puise principalement son énergie dans les graisses transformées en corps cétoniques par le foie, mais également dans les «déchets cellulaires» et les cellules malades. Le corps cherche a utiliser tout ce qui n'est pas indispensable, pour s'alimenter en énergie. Des déchets cellulaires, ainsi que les cellules malades ou déficientes, ont pu être accumulés durant des années.


A partir du 6ème jour, la faim n’est plus présente et une nouvelle vitalité surgit.


Ceci est dû au fait que les corps cétoniques, créés par le foie à partir de la graisse, coupent la faim. Ils sont anorexigènes, car ils permettent d’augmenter les sécrétions de neurotransmetteurs (dopamine, adrénaline, sérotonine.. ), créant ainsi une stimulation qui stabilise la sensation de faim et de fatigue. Une stimulation de l’esprit apparaît grâce à ce cocktail de neurotransmetteurs et peut créer une euphorie, ainsi qu'une grande acuité intellectuelle. Le temps de sommeil est réduit et amélioré, pendant cette période.


On imagine bien que ce type de réaction fut nécessaire, pour avoir la clarté d’esprit et la force physique de trouver de la nourriture, dans un milieu naturel.


4ème semaine


Selon le poids et la taille de la personne, les réserves de graisse s’épuisent aux alentours de la quatrième semaine de jeûne. Le jeûneur ressent alors une grande fatigue et la fonte musculaire commence, avec le risque de mettre en péril le muscle cardiaque, ce qui mènerait à la mort.


Pourquoi est-il efficace?


Le jeûne est efficace pour toutes les pathologies et blessures (selon l’état de santé de la personne), car alléger l’alimentation a un effet anti-inflammatoire. La détoxication, ou nettoyage des déchets cellulaires et toxiques va être accentuée, et ainsi abaisser le niveau d’inflammation et rétablir une fonction immunitaire efficace.


Le corps est, pendant la diète, dans une constante activité de nettoyage, qui lui permet de se nourrir lui même, de ce qui n’est plus utile. C’est ce qu’on appelle l’autolyse ou l’autophagie. Le système digestif est donc en partie toujours actif, durant le jeûne.


Le foie joue un grand rôle dans les processus d’élimination des déchets cellulaires et toxiques. Il est possible de renforcer ce processus, avec certaines plantes en tisane, comme l’artichaut ou le pissenlit.


Les intestins, bien qu’ils soient en grande partie au repos, continuent de travailler.


Au sein du microbiote intestinal, les mauvaises bactéries sont éradiquées. Il retrouve ainsi un équilibre et ne produit plus d’éléments perturbateurs, ce qui participe au processus anti-inflammatoire.


Maintenir une activité physique douce comme la marche ou le yoga, pendant le jeûne, aide également à la détoxification.


Lire la suite de mon article sur doctonat: Jeûne: bienfaits, programme, effets indésirables


Photo by Miti

#jeûne #santé #alimentation

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout