Le chamanisme 1


Il va falloir au moins une série d'articles pour parler du chamanisme!


J'ai lu des chamans, d'abord par hasard, parce qu'on m'a conseillé des livres à cause des expériences intérieures qui me traversaient, puis ensuite les livres m'ont trouvés, Castaneda surtout, Luis Ansa, Michael Harner, Taisha Abelar, Jamie Sams.. Passionnants, magiques, toujours très techniques, ces livres ne peuvent rester qu'un aperçu intellectuel de quelque chose qu'il faut vivre et sentir pour le comprendre. Les chamans traditionnels ne sont d'ailleurs pas très bavards car ils savent que leur connaissance n'est pas mental, loin de l'intellect, loin du "comprendre".


Les chamans, comme les yogi et les adeptes d'autres courants ésotériques, sont des humains dans l'éveil spirituel, qui brisent leur ego pour laisser surgir cette partie de soi reliée au tout, cette partie qui est capable de guérir, soi, et les autres, grâce à un état de conscience différent.


Le chamanisme d'aujourd'hui est plus multiple que jamais, alors pour le comprendre il faut revenir d'abord au mot chaman.


Le mot chaman vient du toungouse, une langue sibérienne et désigne une personne qui réunit les qualité de prêtre, de médecin et de magicien. Ce mot désigne au départ le personnage d'une tradition ancestrale sibérienne mais il est aujourd'hui utilisé pour désigner les guérisseurs du monde entier, des traditions américaines, africaines, australiennes, mais aussi les chamans modernes, qu'ils soient attachés ou non à une tradition.


"Chaman" est devenu le mot de référence pour désigner le guérisseur en connexion avec les mondes subtiles. Selon sa tradition, son courant, ses rencontres, ses apprentissages, il connait les plantes ou non, utilise des drogues, le tambour, le chant, des huttes de sudation, la parole, le toucher.. Très folklorique ou absolument minimaliste, le chamanisme revêt des formes très variées, mais toujours pour guérir l'autre en l'emmenant dans un état de conscience modifié.


Le chaman détient un savoir (peu mental) qui permet de guérir la maladie (parfois), et qui va au delà du monde physique et psychologique qui règne aujourd'hui en maître dans la science occidentale.


Comme le mot chaman est ancestral, de nombreuses personne s'accordent à utiliser "néochaman" pour désigner les chamans d'aujourd'hui dont les apprentissages et techniques peuvent venir de diverses traditions.


Le chaman est au service de sa communauté, son rôle est le bien de tous, la guérison, la cohésion.


"Je définis le neochaman comme une personne moderne vivant dans une réalité illimitée menant à l’extase qui la conduit à un pouvoir personnel et au sacrifice pour le bien de sa communauté." Béatrice Pattee


Le chaman a établi un contact avec le monde subtil, c'est ce que son apprentissage lui a appris, et qu'il met en oeuvre chaque fois qu'il guérit. La pensée occidentale et moderne s'est éloigné des mondes subtils utilisés par les chamans. Si ils étaient indissociables pour certaines cultures, la pensée européenne des lumières, mécaniste, à séparé le corps et l'esprit, et quasiment anéanti la possibilité d'autres perceptions. La perception de deux réalités est la base de tout les chamanismes, de toutes les pratiques de guérisons traditionnels.


« La perception de deux réalités est typique du chamanisme, même si quelques philosophes occidentaux se sont longtemps élevés contre cette division entre le monde ordinaire et le monde invisible chez les peuples primitifs, sous le prétexte fallacieux que ces peuplades sont incapables de faire la différence entre les deux. » Ake Hultkrantz


Ce qui n'empêche pas pour autant les chamans traditionnels d'avoir recours également à des remèdes considérés comme tout à fait physiologiques, comme des plantes, dont la science valide aujourd'hui largement les bénéfices.


Le chamanisme ne sépare pas les mondes subtils et physiques, ils travaille avec eux pour rééquilibrer le tout car tout est lié.


Il y a différentes possibilités de vision du monde et le chaman travaille avec toutes ou partie, selon sa méthode et le cas (définition appuyée sur celle du chamanisme polynésien de Serge King):


  • Le monde objectif (qui est la vision occidentale) : « tout est séparé » La naissance et la mort, les événements, les différents types de thérapies agissent indépendamment, les organes, le corps et l'esprit sont considéré séparés. La thérapie du monde mécaniste est celle de la médecine occidentale, nutrition, phytothérapie, médicaments, chirurgie.

  • Le monde subjectif: « tout est lié » Les évènements synchrones, le hasard n'existe pas; tout est écologie, chaque élément de la vie, plantes, animaux, minéraux, êtres humains sont liés; les pensées ont un impact dans la matière. La thérapie subjective est télépathique et énergétique (par les mains ou autre)

  • Le monde symbolique: « tout n’est que symbole » C'est l'imagination, l'inspiration, l'intuition, les présages, les rites, les rêves. Les rêves sont des symboles, la réalité est un rêve, on décide de la signification des choses. La thérapie symbolique est faite de prières, de suggestions, c'est l'hypnose, la neurolinguistique, les placebos, les amulettes, les talismans, les offrandes

  • Le monde holistique: « tout est un » conscience cosmique, sens de l’identité étendue. La thérapie holistique c'est le transfert, le chaman prend la maladie en se synchronisant avec le malade et l'"efface".


Pour se mouvoir facilement et avec efficacité d’un monde à l’autre, il est indispensable au chaman d’abandonner les postulats de chaque monde - et les analyses critiques qui en découlent - avant de pouvoir se déplacer vers un autre totalement différent. C'est là que la destruction de l'ego est nécessaire. Il faut une grande pratique pour que ce processus devienne automatique.


La suite la semaine prochaine dans le prochain article!




Content Pixie, Diego PH, Joshua Newton, jordi.d, freestocks


11 vues0 commentaire